accueilprogrammeconferenciersinscriptionscommanditairesitineraire et hebergement
 
  3ième COLLOQUE FRANCOPHONE SUR LA DOULEUR  

La douleur en mouvement
Vendredi le 11 octobre 2013
Centre-Mont-Royal
Montréal


Message des organisateurs

La douleur chronique est plus qu'un symptôme, c'est une maladie qui touche une proportion de la population de plus en plus importante : environ un patient sur cinq au Canada souffre de douleur chronique. Devant le constat d’une prise en charge souvent sous-optimale (médicamenteuse et psychothérapeutique), le modèle traditionnel de soins est remis en question. L'amélioration de la prise en charge des patients atteints de douleur chronique doit passer par de nouvelles formes de prises en charge et ceci en lien avec une collaboration nouvelle entre les chercheurs, les cliniciens et les patients. Tant en recherche qu'en clinique, le travail " en silo " doit faire place à une réelle interdisciplinarité où sont pris en compte les enjeux contemporains majeurs - sociaux et économiques, culturels et politiques, ou encore éthiques. Plusieurs disciplines peuvent ainsi contribuer de façon unique et complémentaire à la compréhension du phénomène douloureux dans toute sa complexité. Dans l'actuel domaine scientifique de la douleur, relativement peu de place est faite à des disciplines comme la physiothérapie, l’ergothérapie, ou la kinésiologie. Le temps est venu de repenser la prise en charge de la douleur grâce à une nouvelle approche centrée sur la pratique d’une activité physique régulière et encadrée.

L’activité physique régulière n’est pas une pratique universelle, ainsi 25% des adultes aux États-Unis sont sédentaires contre 22% au Canada et 29% à Montréal. Par ailleurs, 40% des personnes de plus de 65 ans sont eux aussi sédentaires. En parallèle, le lien entre sédentarité et douleur est intéressant à faire puisque la plupart des études indiquent que les personnes ayant des douleurs chroniques sont sédentaires ou peu actives. Intuitivement, les patients pensent que l’activité physique peut aggraver leur douleur et ils ont alors tendance à diminuer leurs activités. La prise en charge de la douleur chronique passe par une remise en activité progressive des patients avec des bénéfices à la fois sur le plan de la douleur et sur la qualité de vie : meilleur moral, plus grande sociabilité, sommeil amélioré, etc.

La condition physique des patients souffrant de douleurs chroniques peut être améliorée par un programme d’entraînement comprenant divers types d’exercices incluant des activités d’endurance (marche, natation, vélo), de musculation spécifique, des étirements, etc. Grâce à ce programme, la reprise du travail est généralement plus rapide même s’il est vrai que la perception de la douleur par les patients (auto-évaluation) ne s’en trouve pas nécessairement modifiée.

Il semble maintenant démontré que sur un plan pratique, le coût pour une personne de devenir active est moins important que l’achat de médicaments. De plus, le fait d’être en bonne condition physique est inversement relié à toutes les causes de mortalité. Ainsi, ces éléments font que la sous-évaluation des effets de l’activité physique et sa faible recommandation dans la prescription médicale devient pour certains inacceptable dans la pratique clinique actuelle. Ainsi, des auteurs recommandent que l’activité physique soit prescrite comme on prescrit un médicament car il s’agit alors d’une approche complémentaire, efficace, bon marché et qui présente peu d’effets indésirables.

Le colloque ici proposé, permettra à des acteurs de champs disciplinaires différents et aux patients de faire le point sur la compréhension du phénomène douloureux chronique, de traiter d'aspects rarement abordés dans ce domaine en lien avec les effets de l’activité physique, de questionner nos approches cliniques et de jeter les bases de nouvelles avenues de recherche.

Pierre Beaulieu



 

Ce Colloque s’adresse à tous les professionnels de la santé (infirmières, physiothérapeutes, ergothérapeutes, kinésiologues, psychologues, médecins, résidents) intéressés par la douleur ou travaillant dans le domaine de la douleur ainsi qu’aux étudiants de ces disciplines, de ceux venus des sciences de l’activité physique, et des patients ou membres du public intéressés à apprendre et découvrir de nouvelles approches dans la prise en charge de la douleur chronique.

Organisation scientifique :
Pierre Beaulieu
Faculté de Médecine
Université de Montréal
et

Jean-Yves Salle
Faculté de Médecine Université de Limoges

 

  1. Offrir à la francophonie un forum de discussion et de réflexion sur le complexe sujet de la douleur.

  2. Jeter un éclairage nouveau sur le phénomène de la douleur en réunissant différents acteurs ayant des expertises variées et complémentaires sur la douleur et l’activité physique et qui échangeront et partageront leurs connaissances sur le sujet.

  3. Comprendre les bienfaits de l’activité physique dans la prise en charge de la douleur chronique.

  4. Sensibiliser les patients et les soignants à la pratique d’une activité physique régulière.

  5. Susciter des collaborations de recherche entre les participants au colloque et jeter les bases de nouvelles avenues de recherche dans le but d'améliorer et d'optimiser les soins dispensés aux patients qui souffrent de douleur chronique.
 
   
 LIENS IMPORTANT 
     

  1. Société québécoise de la douleur (SQD)

  2. Association québécoise de la douleur chronique (AQDC)

  3. Société canadienne de la douleur (SCD)

  4. Société française d'étude et de traitement de la douleur (SFETD)

  5. Société suisse pour l'étude de la douleur (SSED)  

  6. Site belge de la douleur

  7. International Association for the Study of Pain(IASP)
 
   
     
Dr Pierre Beaulieu - CHUM - Hôtel-Dieu - 3840 rue St-Urbain (QC) H2W 1T8
Tél : (514) 343-6338 Montréal - Télécopie : (514) 343-2291
pierre.beaulieu@umontreal.ca